Accueil Beauté Bonté Blogs Médias Fric Famille Hacking Luttes Parebrise Politique Santé Sexe Technique Tools


Festival 2001 Les intocks Rose
  | tock/électro/pipo | cosmétok | Livres | Artisme | Nightclubbisme | Sociologie |


Rendez-vous

Hype Nouille

Nuit chaude

Interviews
/ Portraits

action supérette
de la semaine


Playlists pOOfs

Annulaire & bague

Coder le html avec ses doigts de pieds
Jobs
Intocks


 
     
Maria-G. Houellebeurk*

"Le premier roman lesbien qui est trés con". C'est ainsi que l'éditeur nous présente "La vie sexuelle de Maria G". Tout de suite, ça refroidit. J'étais obligée de l'ouvrir malgré tout, pour des raisons professionnelles. Je l'ai ouvert, et je ne l'ai refermé qu'après l'avoir lu trois fois d'affilée, au bout de deux heures j'émergeais de cet univers fascinant. Il me semblait que j'en étais devenue apte à revisiter ma vision que j'ai parfois de la vie, et que le voile de brume neurasthénique, tricoté par mon imagination sordide, n'attendait que cela pour se déchirer. Enfin, je n'en suis pas certaine. Mais ce livre se lit trés facilement, comme un catalogue de mode, et cela m'a totalement subjuguée. Révélation tumultueuse. Choc littéraire. Il était inévitable que l'oeil cinglant de la censure étriquée vienne tenter de faire taire cette vision révolutionnée de la vie sexuelle de la Femme, comme parfois elle peut se révéler : crue, vicieuse et romantique.

Maria.G (prononcer "Mariadot'djaille") est lesbienne, mais elle ne parvient pas à oublier Francis, le guitariste d'un groupe de rap mystique, son premier amour, celui qui l'a décapsulée. Maria G. hante les raves, mais aime Michel Sardou. Maria G. vient de signer un contrat mirifique avec une grande maison de disques pour un album techno, mais voudrait se remettre à la flûte traversière. Maria G. est une fille compliquée, quoi. Mais quand Maria G. tombe follement amoureuse d'une gamine de dix-sept ans et demi qui n'est autre que l'actuelle petite amie de la femme de sa vie (inspirée de SexyFooy, la grande DJ morte récemment), les choses se compliquent encore. Maria G. est revenue de tout, mais son coeur est aussi fragile que celui d'une fillette. Maria G. est méfiante mais se laisse aller, ou tout au moins elle fait semblant. Plongée dans le mileu lesbien parisien, si envoûtant, mais finalement glauque et malsain, Maria G. doit faire les bons choix. Filles ou garçons, techno ou rock, look baggy ou dandy, Vêtue ou GayPeton, c'est sa vie qui va basculer. Certes, c'est techno, et c'est lesbien. Mais ça n'a aucune importance. Ca pourrait être hétérosexuel et philosophique, ça ne changerait rien. Car Maria G. Houellebeurk, en plus d'être scandaleusement belle, a du talent. Une énergie stupéfiante (les raves et la coke, ça laisse des traces), un sens de l'atmosphère (le Poolp ou le Dechettery comme si vous y étiez !), elle écrit comme on compose un opéra. C'est nourri de sons, principalement des trucs dont je vais m'abstenir de parler parce que je ne les connais pas (à part Mozart... oui, à part Mozart), de musique urbaine ("L'habitat Urbain & son big band", ou Eminen ? Choix importants quoi qu'on en pense !) et de déchirements. La fin est digne du catalogue des 3 suisses. "Dyspnée", son premier roman paru chez GrandVentDesConnes, est bien aussi. Quasi-biographie de Simone de Beauvoir métissée de faux souvenirs de sa vie sexuelle, ça vaut le détour. Alors que "La vie sexuelle de Maria G." vaut le voyage, à vélo, à cheval ou en moto. Mon conseil : commencez par "la vie sexuelle de Maria G.", et, quand vous serez béate d'admiration, lisez "Dyspnée" pour retrouver la griffe élégante et perverse de Houellebeurk.

Intocks : : La mode occupe une place importante dans tes romans, l'héroïne, Maria G. décrit soigneusement les tenues de toutes les protagonistes...

Maria G. Houellebeurk : Je voulais aller au delà des clichés et briser les diktats du treillis informe et des aisselles velues. Maria G. est une lesbienne coquette et sûre de sa féminité. Elle a un anti-conformisme, trés con et trés poof : elle se maquille, s'épile et s'assume comme le ferait une hétérosexuelle..

Intocks : On reconnait derrière certains pseudonymes et personnages des figures emblèmatiques de la nuit de p00my

Maria G. Houellebeurk : Non, non non! Je ne me suis inspirée de personne. Les personnages sont purement fictifs, y compris et surtout l'héroïne principale. En revanche tous les vêtements et accessoires décrits sont en vente dans la bootique de quellesconnes.com .


EXTRAIT :
"La dernière chose que je voulais ce soir-là, c'était trouver Marie-Sophie au Poolp, où j'étais venue écouter la hard-tech de Dj Ploof. J'avais mis mon baggy marron Karoot©, mes baskets fuchia à bandes blanches Justdo'ite© importées de New-York, un T-shirt sérigraphié édition limitée promo VolumipOOf© rose et beige, ainsi qu'un bijou d'anus military de chez Dem00niark©. J'étais debout vers l'entrée à discuter avec une belle fille radieuse dans sa robe gOOty© , si audacieusement féminine que j'en était toute moite de partout, quand je sentis une main caresser suavement mes cheveux. Je me tournai. C'était elle. Elle avait maintenant les cheveux bleu nuit comme un ciel d'été. J'eus soudain envie de passer ma main sous son t-shirt orange imprimé du logo du label londonien Mapoof©, un collector top-rare, ah la salope..."
"La vie sexuelle de Maria G." / éditions Grandventdesconnes.com / catalogue romancé


Josette Koonz
22 novembre 2002

autre ouvrage disponible de
*Maria-G.Houellebeurk AKA petitepOOf
Indispensables des intocks
concert : L'Hyper Chou, proozac et Hardicon pratiquent l'échangisme trans-musical au cercle Ste Josy, à pOOmy
A ne pas louper aujourd'hui
clubbing : La Tchétchénie sur les quais de pOOmy pour le festival Batoofar soirée Gazpootine
clubbing : soirée Affolée au pOOf Club

A vos papiers !


Concours grossepoof

Concours superpoof

concours Tanipoof



 
 
   © 2002 Les intockomptables --
conceptualized & dactylographied by Doc Martine et Masha