[L'InfoMètre]
[À propos de l'InfoMètre]
        [Un site de la Direction de la veille stratégique]
[Logo du CEFRIO]




 

  -Ménages
  -Personnes
  -Secteur privé
  -Adm. publique
  -Éducation
  -Santé

 

  -Canada
  -États-Unis
  -Autres pays
  -International

 

  -Infrastructure
  -Langues
  -Autres

 

  Recherche détaillée
  Recherche simple:
 

         
NouveautésBulletin SISTech
Bulletin de nouvelles en TI de SISTech
[Présentation et bulletin en cours | Abonnement | Archives]

Depuis 1997, SISTech, le service d'information en technologies de l'information de la Direction de la veille stratégique du CEFRIO, réalise un bulletin électronique hebdomadaire. Il présente des résumés d'articles de l'actualité et la liste des nouveautés parues dans le site Infomètre au cours de la semaine.

Près de 4000 personnes reçoivent notre bulletin par courrier électronique tous les vendredis. Pour être à l'affût des nouveautés dans le domaine des TI, abonnez-vous, c'est gratuit!


Bulletin du 5 octobre 2001

Dans cette édition:

  1. N'en mettez plus, la coupe est pleine!
  2. Le u-commerce, un monde où l'activité économique est omniprésente et illimitée
  3. Le lien entre les communautés de pratique et la gestion des connaissances

1. N'EN METTEZ PLUS, LA COUPE EST PLEINE! - C'est tout de même assez paradoxal que sur le Web, qui est pourtant un média tout à fait contemporain, les sites destinés aux femmes semblent pour leur part ne pas avoir suivi - auraient-ils échappé aux affres du temps?  - et en être toujours à l'ère préféministe ...qui remonte pourtant déjà à quelques décennies. Si le spectre de Doris Day¹ est bel et bien disparu partout ailleurs, il paraît en effet sévir toujours dans l'univers virtuel.

Tout se passe en fait comme si, sans doute par crainte d'être associés au féminisme radical et de s'aliéner ainsi la part plus conservatrice du marché, les sites pour femmes sombrent dans une mièvrerie teintée de rose et de fleurettes et se consacrent finalement à des sujets éminemment féminins. Au menu : horoscopes, tests (relatifs à la vie amoureuse et sexuelle, à l'alimentation, etc.), trucs de séduction, d'amaigrissement, recettes et potins.

Selon Angela Genusa s'ils promettent une révolution, c'est au contraire plutôt à une dévolution que nous convient ces sites en offrant des contenus qui nous ramènent, le temps de quelques clics, plus de trente ans en arrière. Et même dans le cas où des sujets plus sérieux sont traités, on prend bien soin de les « traduire » en des termes appropriés : « Vos dettes ont-elles besoin d'être mises au régime?  » ou le non moins savoureux « Raffermissez vos investissements ».

La même tendance peut en outre être observée ici, les contenus présentés par certains sites féminins québécois rappelant ceux de leurs homologues américains. Pour ne nommer que ceux-là, un mot d'abord sur Entre femmes, le portail féminin de Sympatico, qui présente ainsi, outre les incontournables sections tests et horoscope, une rubrique « Je télécharge » qui paraît prometteuse mais qui présente en fait des applications destinées à rédiger en ligne le journal de bébé, à garder la forme et à visualiser votre nouvelle tête en cas de transformation radicale! Vient ensuite Femmes Québec, d'Infinit.net, avec, sous la rubrique « Beauté », l'épineuse question « Les teintures à cheveux sont- elles sans risques?  » et sous « Vivre au féminin », l'inqualifiable « La saison du retour de la peau sèche ». Sans parler du sempiternel « Tout savoir sur la cellulite ».

Heureusement pour nous, et rendons grâce à Branchez-vous!, FemmesWeb.com sauve notre honneur et permet de garder espoir puisqu'il réussit à allier quelques contenus plus légers à des sujets d'actualité traités avec sérieux. En prime, la touche d'humour des « SPM de Webinette »².

Avis donc aux intéressés, qu'elles soient en ligne ou non, les femmes sont intelligentes - ne constituons-nous pas la grande majorité de la clientèle universitaire? - et ont des préoccupations nettement moins frivoles que celles qu'on leur attribue sur le Net féminin.

¹ Rappelons pour l'anecdote et pour les plus jeunes que la comédienne incarnait, aux cours des années 60, LA femme américaine parfaite : épouse dévouée et mère aimante, toujours jolie et soucieuse de son apparence ainsi que de celle de sa maisonnée.

² Dans la même lignée mais en plus cinglant, un groupe de Françaises qui en avaient particulièrement « marre » ont protesté à leur façon et mis en ligne un site parodique - un peu méchant mais parfois tout à fait délectable - au nom déjà ô combien évocateur de Quelles Connes! PointComme...

Rédactrice :Catherine Lamy, analyste-conseil en veille stratégique, CEFRIO
Sources :
- Angela Genusa, Go Ahead, Insult My intelligence, CIO Magazine, 1er mai 2001
- Entre femmes
- Femmes Québec
- FemmesWeb.com
- Quelles Connes! PointComme...

2. LE U-COMMERCE, UN MONDE OÙ L'ACTIVITÉ ÉCONOMIQUE EST OMNIPRÉSENTE ET ILLIMITÉE - Eh oui! Après le c-commerce (commerce collaboratif), le m-commerce (commerce mobile), le t-commerce (télécommerce) et le l-commerce (location-based mobile commerce, commerce mobile basé sur la localisation), voilà maintenant le u-commerce (ubiquitous commerce, commerce ubiquiste ou omniprésent)!

Le u-commerce résulte de l'évolution du e-commerce (commerce électronique) et du m-commerce. Il ne remplace aucune activité menée présentement par les entreprises; il en est plutôt le prolongement. Selon John Beck, directeur de la recherche à l'Accenture Institute for Strategic Change, le u-commerce entraînera d'importants changements, devenant même un passage obligé pour toute organisation et non pas une option facultative.

Voyons un exemple permettant de démontrer les possibilités du u-commerce. Vous vous rendez en France pour une réunion d'affaires. À la fin de la journée, vous faites une marche en prenant soin d'ouvrir votre téléphone cellulaire. Vous entrez dans un magasin et achetez un souvenir que vous payez à l'aide de votre téléphone. Ce dernier mémorisera le reçu et en transmettra automatiquement une copie à l'institution qui gère votre compte de frais. De plus, dans le but de combler vos temps libres, votre téléphone fournira une liste d'attractions touristiques sur le chemin menant à votre hôtel.

Ainsi, dans son étude intitulée « The future of Wireless : Different than You Think, Bolder than You Imagine », Accenture, affirme que les technologies sans fil se développeront d'une façon inimaginable. Elles ont le potentiel nécessaire pour réorganiser les industries toutes entières et pour transformer le monde futur en offrant des possibilités complètement différentes de celles offertes par le monde actuel du m-commerce.

Enfin, trois caractéristiques définissent ce que Accenture appelle « the brave new world of uCommerce » : 1- c'est un monde dans lequel l'activité économique est omniprésente, illimitée et universelle, avec une connectivité à large bande accessible en tout temps (7 jours par semaine, 24 heures par jour);

2- c'est un monde dans lequel toutes les plates-formes - Internet, appareils mobiles, capteurs intégrés - s'interfacent avec tout autre dispositif;

3- c'est un monde dans lequel les unités mobiles, formées par une combinaison de téléphones sans fil, d'agendas électroniques, d'ordinateurs et de téléavertisseurs bidirectionnels, se fusionneront pour former « l'appareil » dont personne ne pourra plus se passer!

De belles promesses, mais l'avenir nous dira si le u-commerce n'est que le reflet d'un nouveau concept accrocheur ou plutôt une vision réaliste de ce vers quoi la technologie du sans fil nous mènera...

Rédactrice : Isabelle Poulin, documentaliste, responsable du service SISTech, CEFRIO
Source : Communiqué de presse, Accenture, 2 oct. 2001

3. LE LIEN ENTRE LES COMMUNAUTÉS DE PRATIQUE ET LA GESTION DES CONNAISSANCES - Le 7 juin dernier le CEFRIO donnait le coup d'envoi à trois projets de recherche qui s'échelonneront jusqu'en 2004. Un de ces projets, Modes de collaboration et de travail à l'ère d'Internet¹, consiste en une recherche-action visant d'une part à mettre en place une vingtaine de communautés de pratique au Québec et d'autre part à étudier les aspects individuels, organisationnels et technologiques de celles-ci. Plusieurs organisations autant privées que publiques se sont d'ailleurs déjà jointes au CEFRIO à titre de partenaires pour la réalisation de ce projet.

Les communautés de pratique sont nées des recherches de Lave et Wenger's, deux chercheurs américains, qui en 1991 dans leur « theory of Communities of Practice » définissaient une nouvelle approche de partage des connaissances. Au fil des ans, les communautés de pratique ont évolué pour devenir de véritables instruments au service de la gestion des connaissances. Elles permettent de capturer, de partager et d'appliquer les actifs de savoir des organisations. Elles sont, selon plusieurs consultants, l'assise de toutes stratégies en gestion des connaissances. D'ailleurs, Bill Ives, directeur exécutif chez la firme de consultation Accenture, affirmait dans un récent article de la revue Knowledge Management Magazine : « les communautés de pratique et la gestion des connaissances vont main dans la main ».

Une communauté de pratique est en fait un groupe organisé de personnes échangeant sur un sujet, un domaine de connaissance, particulier. Elle vise à capturer le savoir tacite ou expérientiel par l'utilisation d'un forum virtuel commun de collaboration. Elles répondent au besoin en gestion des connaissances de faire sortir, de partager, de conserver et d'utiliser adéquatement cette partie intangible du savoir. L'enjeu en matière de gestion des connaissances est de taille puisque ce savoir correspond à 70 % de l'avoir intellectuel des organisations. L'autre 30 %, que l'on nomme le savoir explicite, est déjà répertorié en matière de processus, de pratiques de gestion, d'information sur les clients.

Une communauté de pratique est plus qu'une équipe de projet, elle est un groupe de travail qui transcende les directions, les projets et la distance géographique. Elle anéantit les silos fonctionnels souvent présents dans les organisations et crée des liens transversaux entre les diverses directions. Ses effets se situent non seulement au niveau de l'organisation mais également au niveau des individus. En effet, d'un point de vue organisationnel, cette interaction, cette libre circulation du savoir crée un nouveau savoir collectif qui en fin de compte mène à l'innovation, alors qu'au niveau des individus, ce partage du savoir mène au perfectionnement et à l'accroissement personnels.

¹ Projet sous la direction de Marcel Gilbert, directeur développement de projets, CEFRIO, mailto:marcel.gilbert@cefrio.qc.ca

Rédacteur : François Dubeau, analyste-conseil en veille stratégique, CEFRIO
Sources :
- Philip J. Gill, Something in Common, Knowledge Management Magazine
- Modes de travail et de collaboration à l'ère d'Internet, description du projet
- 2,5 millions $ en recherche action, Le CEFRIO lance trois projets majeurs





Données sur l'utilisation des TI au Québec



Les TI au Canada, aux Etats-Unis et ailleurs



En collaboration avec Léger Marketing: résultats du mois d'août 2001



2B or not 2B? Parce que désormais les affaires électroniques seront vos affaires.



Des nouvelles gratuites chaque vendredi!



Sources d'information sur le marché et l'industrie des TI

Direction de la veille stratégique
Centre francophone d'informatisation des organisations (CEFRIO)
infometre@cefrio.qc.ca

900, boul. René-Lévesque Est, bureau 717
Québec (Québec) G1R 2B5
Téléphone: (418) 523-3746

[Réalisation du site]

loupe_bas.jpg (2446 bytes)