Accueil Beauté Bonté Blogs Médias Fric Famille Hacking Luttes Parebrise Politique Santé Sexe Technique Tools

Village Anti-Déflation & Ami du Capitalisme à Visage Humain



Le Forum Social des p00fs est constitué du CLAC (Commando Libertaire des Acheteuses Compulsives) et de la BLAAAM ( les Boulimiques Libertaires Anti-Anorexie et Anti-Mode). Nous nous sommes associées pour la création d'un village militant pour un capitalisme à visage humain.


La liberté d'acheter ne suffit pas,
nous prendrons la liberté de vendre !

Le 1er, 2 et 3 juin 2003, se tiendra le sommet du G8 regroupant les chefs d'État des huit pays les plus industrialisés du monde. Nous profitons de cette occasion pour clamer haut et fort nos idéaux et pour les mettre en démonstration. C'est un endroit charmant qui a été choisi, à 100 m de la frontière de Ferney-Voltaire. Sur ce terrain nous allons organiser la mise en pratique de la vie communautaire respectant les règles de bases du capitalisme à visage humain.



Le profit, oui, mais pour tout le monde et avec le sourire!

Nos dieux modernes, ces héros du 3e millénaires et chefs du monde, suite à la zizanie que provoque leurs réunions, ont décidé d'organiser leurs festivités dans des coins reculés, protégés par des bataillons de policiers dévoués et des brigades de militaires loyaux. Cette année, c'est la France qui accueille le G8, dans la petite ville d'Evian, située au bord du lac Léman. C'est dans le voisinage proche de p00my, en Suisse, là où se situe le siège social de la société anonyme QuellesConnes.com. Nous ne pouvions rester inactives face à cet évènement qui se déroule sur le pas de nos portes! Ni une, ni deux, nous voici sur le pied de guerre, prêtes à démontrer que notre vision du capitalisme à village humain est la bonne vision du monde.


Un dispositif militaro-policier d'énorme envergure sera, sans doute aucun, mis en place afin de protéger la région lémanique et d'empêcher les hordes de révolutionnaires déchaînées d'accéder à la "zone rouge". Afin de ne pas nous trouver sur l'itinéraire d'un affrontement entre les forces de l'ordre et ces supportrices du socialisme le plus débridé, nous avons décidé de construire notre village alternatif à Ferney Voltaire. Ce sera notre "zone rose" sise prés de la douane et en bout de piste de l'aéroport de Genève.


C'est un terrain proche de l'hypermarché local nous a été alloué (très cher). Notre village sera placé sous une double bannière : celle de l'anti-déflation et celle du Soutien à un Capitalisme à visage humain. Nous imaginons cet espace comme un lieu autonome d'achat et de revente, un lieu en rupture avec le système marchand habituel dont les règles sont trop difficiles à respecter quand on a une PME qui veut dégager quelques profit plutôt que de s'écrouler sous les impôts et les taxes diverses.



Notre village sera un lieu au sein duquel seront mises en avant les pratiques collectives fondées sur l'autogestion de nos envies et sur la vente directe.

Ce village sera un laboratoire d'idées où seront organisés des débats sur les nouveaux comportements des acheteuses compulsives, ainsi que des manifestations liées à la contre-culture commerçante :
  • ventes duo-flash
  • duo-packs à prix révolutionnaires
  • soldes à prix-cassés
  • projections d'images subliminales, etc.

    Ce village sera, enfin, le réceptacle des idées que nous défendons localement et mondialement telle la liberté de dépenser nos sous sans culpabiliser et tel le crédit illimité pour les acheteuses compulsives, riches ou pauvres.

    Notre village proposera l'alternative d'une société dégagée de toute taxe administrative abusive et de tout machisme.

    Si, vous aussi, vous voulez porter ce projet nous vous invitons à nous contacter en nous envoyant un don via le système de paiement sécurisé de la bootik Online de Superp00f

    Notre village se veut à l'image de la société idéale dont nous rêvons toutes : rose, avec des magasins ouverts 24h sur 24 et une attribution libre et gratuite de toutes les cartes de crédit.


    Cessons de nous laisser étouffer sous des frais bancaires qui nous asphyxient!

    Cessons d'accepter la loi du petit-crédit comme étant réservée à une élite de nantis qui n'auraient pas de dettes. Luttons pour l'égalité de chance face au comptoir et aux étalages commerçants, petits ou grands. Car nulle acheteuse compulsive n'a choisi de le devenir : ce n'est pas une honte ni un privilège. C'est et ce sera de toute éternité un des fondements du mystère de notre féminité, ce qui nous rend si chères au coeur de nos amis les hommes.


    L'acheteuse compulsive est et sera de toute éternité une personne à part entière qui peut faire beaucoup pour soutenir l'économie mondiale.

    Les classes dirigeantes et les gouvernements -au travers du G8- et les différentes institutions internationales -comme le FMI et la banque mondiale- ont le droit de diriger le monde au nom du Saint Capital. Du Nord au Sud, de l'Est à l'Ouest le discours et le même : il tend à propager l'économie de marché à tous les domaines de nos vies mais nous frustre considérablement dès que les fins de mois approchent. Cela ne peut plus continuer ainsi, nous devons garantir une dépense égale pour tous les jours du mois, pour toutes celles et ceux qui le désirent. Les conséquences sont, pour nous, toujours les mêmes : nourriture bon marché en fin de mois et prise de poids, humeur maussade engendrant des épisodes de boulimie et pour les plus pauvres le besoin de satisfaire leur pulsions à tous prix, même celui de la kleptomanie. La situation est grave, le monde doit comprendre que nous sommes les demains de la consommation, nous sommes les piliers de nos familles et nous sommes les mamans des futurs dirigeants : nous devons montrer l'exemple de la croissance et d'une saine relance économique continuelle
  • .

    Depuis plusieurs années, les mobilisations visant à contrer les seigneurs du G8 prennent une lamentable ampleur.

    Les dégâts fusent, les vitrines sont brisées, des petits commerçants subissent des dommages collatéraux inacceptables! Les seuls secteurs de l'économie qui sont encore florissants sont le marché de la vitre, le marché juridique et le marché des armes létales (ou moins).

    ça suffit! Nous demandons à cette escalade de se calmer et de briser ce vicieux cercle agressif! Pour nous, lutter contre la récession, ne se résume pas à quémander un visage humain au capitalisme ou à le supplier de nous laisser nous endetter comme nous le voulons. Il s'agit, pour nous, de promouvoir un autre type de société au sein de laquelle les rapports humains ne seraient pas fondés sur une logique de profit et de domination machiste mais sur un commerce équitable dans laquelle chaque achat serait enfin considéré comme étant une petite brique qui construit solidement les bases du monde futur : le monde d'un capitalisme heureux. Plus de faim ni de soif, tous les pauvres auraient accès au formidable potentiel humanitaire qu'est Internet et pourrait y acheter sans peur de voir leur crédit s'amoindrir. Enfin, les pauvres et les riches auraient accès à toutes les ressources industrielles qui sont pour le moment réservés aux citoyens des pays qui cotisent au G8.

    La guerre devient le seul moyen de relancer efficacement l'économie mondiale et de réveiller des bourses fatiguées.

    De par le monde, les dégâts humains et économiques ne cessent de croître. Les États livrent ainsi une guerre extérieure contre le terrorisme et une guerre intérieure contre les pauvres. Or, cette pauvreté est la conséquence de la précarisation des conditions d'attribution des cartes de crédit. Elle est la conséquence des logiques du paiement cash, de l'assèchement économique des pauvres qui ne peuvent pas compenser leur manque de liquidité par un crédit illimité qui permettrait à tous les commerçants de pouvoir rentrer dans leurs frais et cela tous les mois de l'année.

    Pour maintenir la paix civile les États ainsi que les banques développent des arsenaux publicitaires encore jamais égalés. Mais cela est peu utile : plus le vieux monde avance, moins il y a de riches (mais plus ils sont riches ces riches là). Donc, c'est mathématique, moins il y aura de gens capables de dépenser sans souci, et moins les commerçants pourront dormir sur leurs deux oreilles sans crainte pour leurs lendemains. Si les marchand-E-s ne vendent plus assez, leurs fournisseurs ne leur vendent plus assez, et tout le monde se retrouve contraint de fermer qui son usine, qui sa boutique et voilà de nouveaux pauvres qui déboulent sur le marché.




    C'est une spirale infernale qui condamne le vieux capitalisme à une mort douloureuse par auto-étranglement suffocatoire.

    Sans justice, pas de paix! De nombreux gestionnaires de fortune qui hier encore roulaient en Z3 se retrouvent à pointer au chômage! Un des effets secondaires de cette humiliation est qu'elles ne peuvent plus dépenser autant de sous qu'avant. Donc, elles contribuent à mettre des commerçantEs dans l'embarras. Il est urgent de mettre un frein à cet immobilisme économique!
    Néanmoins, les résistances se multiplient et s'organisent. C'est bien par la lutte, l'action directe et par la solidarité que les exploité-e-s et les dominé-e-s inverseront le rapport de force.


    C'est bien en mondialisant notre lutte que celle ci sera internationale.

    Notre village veut démontrer que notre modèle économique basé sur le commerce souriant et sur le crédit illimité pour toutEs est la seule solution viable pour la planète. Notre démonstration durera une semaine pendant laquelle de nombreuses actions seront effectuées. Notre espace autonome de vente et d'achat permettra l'expression économique sans tabou ni souci et surtout l'affirmation de nos propositions alternatives.
    Ce sera un lieu autonome qui deviendra un véritable espace de convergence des acheteuses compulsives du monde entier venues militer pour l'émergence d'un capitalisme à visage humain au sein duquel différentes stratégies de remboursement seront mises à l'étude et pourront se faire selon des modalités qui sont encore à discuter. Mais chaque lutte en son temps ....

    Le Forum Social des p00fs - FSP - avril-mai-juin 2003


    Ci-dessous, un lien qui donne une idée de ce qu'était la réalité réelle en 2003 :