Accueil Beauté Bonté Blogs Médias Fric Famille Hacking Luttes Parebrise Politique Santé Sexe Technique Tools


BEN OORS


Chrétien-média:
Rangez les enfants et les personnes agées, images et idées pouvant heurter les sensibilités sensibles.
casting:
La tenancière: Catherine Djeuneuve
Robert: André Dussoulier
l'épouse: Isabelle Hadjauni
les ourses: les choeurs de l'armée rouge

Genre: Fresque historique et sanguinolante (et interminable) qui met de mauvaise humeur.
Film Franco-Suisse 2000 De Roberta Lanière 169 minutes
C'est moins un film qu'une sorte de propagande destinée à prouver aux hommes (de plus en plus infidèles) que l'épouse demeure le divertissement numéro un de la vie". Cette critique nous l'avons lue chez notre confrère "le MOOnde" à l'occasion de la sortie de "Ben oors" au festival d'Avooriaz. A l'image de toute La Critique, Jan Von Frankreich en a donc écrit une grosse couche après avoir subi la projection de Ben-OOrs: "Je me suis senti éclaboussé dans ma dignité de mâle" écrira-t'il encore.

Nous, prudent, nous dirons qu'une projection de ce genre échappe à la critique, avant de quand même oser quelques qualificatifs :"colossale mascarade"
LibératiOOn titrait : "Ni bravoure, ni braves ourses ?" Suivait un article écrit dans les larmes et le sang par Madame Jeanne De France: "Un hymne à la spheigne qui ne laissera aucune femme indifférente."

Et voici ce que Claude-Marie Taitoit , de chez Vénérama, a écrit: "le film commence alors qu'un époux infidèle sort de chez lui en claquant la porte et en traitant son épouse de "grosse truie jamais disponible". La caméra suit l'homme dans des rues sombres pendant qu'un saxophone dépressif crée une ambiance terriblement stressante, il croise une jeune femme et tente de la violer, mais au moment fatidique il s'apperçoit qu'un flot de sang impur s'échappe de son intimité. Ecoeuré il vomit dans le caniveau. Décidé à se remettre en forme, il entre dans un lupanar sans remarquer que la petite lanterne rouge est éteinte. La tenancière tente de lui cacher la vérité, tout en le taquinant cruellement pendant quelques heures(un grand bravo à Catherine Djeuneuve) et finalement lui lâche un "c'est le jour des oorses" qui met notre homme en fureur, "mais moi je suis ménopausée lui hurle t'elle en riant". Un rire de trop dans la vie de cette femme légère. Il la tue, il ne la viole pas car il s'apperçoit qu'elle avait menti et rentre chez lui penaud, alors que c'est une trompette suicidaire qui crée alors l'ambiance. Hélas, sa femme est partie vivre chez sa voisine dont elle était amoureuse depuis des années. " On est trés loin du chef d'oeuvre et cela pendant 169 minutes interminables."

L'avis de Quellesconnespointcomme:
Ce Remake de Manhattan est une véritable raclure de bidet. C'est intello et prétentieux.N'y allez pas, il est inutile, même, de continuer à en causer. Mieux vaut se refaire pour la 20em fois la vidéo de "Nuits roses à Seattle", un de nos films cultes, à nous pOOfs

grossepOOf
culturemaster de la StarTuPeTTe
grossep00f@quellesconnes.com
Designed and conceptued and powered by Doc Martine